paysagiste pau

de la pinède

au domaine

Le CREPS de Saint-Raphaël (Centre d’Éducation populaire et de Sport) / (Centre de Ressources, d’Expertise et de Performances Sportives) est un vaste territoire de maquis occupant 83 hectares, localisé entre la ville de Saint-Raphaël et le massif de l’Esterel. Alors que le CREPS souhaite s’engager dans une démarche de développement durable, notamment à travers la création d’un espace maraîcher qui fournirait son restaurant en produits frais, il veut aussi protéger son territoire de l’urbanisation. 

 

C’est dans ce contexte que j’ai formulé, à l’issue de deux mois d’arpentage, de rencontres et de réflexion, un projet à l’échelle du territoire qui puisse permettre au CREPS de s’ouvrir au développement durable et sur la ville de Saint-Raphaël. Une ouverture nécessaire qui inscrira dorénavant le territoire naturel du Centre d’Éducation comme articulation vivante entre les Saint-Raphaëlois et le massif de l’Esterel. 

 

Le territoire du CREPS offre, quand on y pénètre, une vue embrassante sur la méditerranée et les collines. Un premier rapport contemplatoire. En le pratiquant, la relation évolue. Le terrain devient escarpé, et c’est davantage ma condition physique qui est sollicitée. La compréhension de ce territoire a nécessité de réaliser des études historiques, écologiques et paysagères. La richesse des lieux, la diversité des paysages et de ses ambiances font de ce site un endroit exceptionnel et rare dans le pourtour méditerranéen. Si le maquis est le type de végétation prédominante, le territoire abrite aussi des espaces incroyables, des zones humides, verdoyantes et luxuriantes. 

Le CREPP, entre ville et Esterel, jouit donc d’une situation exceptionnelle. Un potentiel qui m’a conduit à le considérer comme un espace d’articulation, de médiation entre ces deux grandes entités. 

 

Actuellement considéré comme un lieu fonctionnel par les sportifs, il est aussi regardé comme une réserve foncière par l’État qui est le propriétaire. La menace d’un morcellement de tout ou partie de ce territoire naturel semblait incontournable. 

 

Aussi le projet que j’ai développé cherchait à souligner le caractère exceptionnel de ce site, tant d’un point de vue écologique que paysager. J’ai voulu montrer qu’en menant des actions de valorisation des différents hauts lieux, de protection de certains endroits sensibles, et d’ouverture au public de ce territoire il était possible de le faire évoluer. Dépassant le statut de réserve foncière il pourrait atteindre celui de parc naturel, jardiné, parcouru, photographié, fréquenté et approprié des Saint-Raphaëlois. 

DATE : 2012

CLIENT : CREPS de St-Raphaël

PROJET : Étude territoriale

SURFACE : 83 ha

LOCALISATION : Saint-Raphaël (83)

Apical

© 2020 // APICAL // Paysagistes concepteurs diplômés par le gouvernement

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • White Houzz Icon
  • White Google+ Icon
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle